Petits poèmes lipogrammatiques (2)*

 

 

 

 

SPHÈRES
Renversements éphémères
Enfermements blessés
Gestes en décéléré
Empêchements réels
Références rebelles
Effervescences tempérées.
PROSOPOPÉE
Orfèvre des mots clos comme des secrets
Échos des ronronnements des corps
Chercher le réconfort encore et encore
Prélever les mots en trop, les mots ronds,
Les mots-bonbons, les mots osés, les mots colorés
Les mots crochetés, les mots volés, les mots dérobés
Les détrôner, les ordonner, les énoncer, les protéger,
Les dévorer, les enrober, les dorloter, les honorer.
ÉLAN
Prendre la clé des champs
Déclencher le hasard
Traverser la planète
Fêter les dérapages
Devancer le passé
Embraser la tendresse
Et en redemander
 

PASSAGES
Dégager les herbes ensablées par la mer
Entremêler les herbes et fragments égarés
Entrelacer les lettres égarées dans les textes
Amalgamer ces lettres en termes éclatés
Se perdre dans le dérapage des thèmes
Parsemer de larmes salées les  rhèmes détectés
Se cacher rarement dans  le passé des verbes
Chercher à émerger des phrases ensablées
Déterrer les secrets espacés de l’enfance en allée.

ENFANTEMENT
S’armer de persévérance végétale
Et s’absenter de ce réel désengagé
Avec l’étrangeté amère des êtres rebelles
S’enchanter des verbes en excès
Après tant d’années de présence
Marcher vers l’éternel été.



PRÉSENCE
Écheveler dans la danse
Des légendes extrêmes
Entremêlées de grands élans
En crevant l’écran amalgamé
Ancré dans le réel éclaté
Sans remplacer les gestes effacés.

 

 



FERVEUR
Ellipses singulières
Vertiges inexpliqués
Refus mystiques
Murmures décryptés
Signes qui s’immiscent
En rites indéfinis.

 

JEUX
Plénitude en excès
Qui remplit le silence
Empêchements et démentis
Fuite éperdue et rites inutiles
Hurlements déguisés
Crédibilité esquivée.

 


ÉCLIPSE
Peur du gel neigeux
Des nuits en dérive
Refus subversif de périr
Entre les griffes du temps
Quête irrépressible
De surprises feutrées
Fuir le scepticisme
Et le discréditer.
FEU
Musique injectée du vent
Fermer ses yeux incendiés
Se réveiller fusée de lumière
Brûlé de l’intérieur.

 

 

 

DÉLIRE
Univers inventé et chimères extrêmes
Présumer de suites imprévisibles
Refuser les jeux de l’intellect
Et glisser sur des pentes liquéfiées :
Le futur est devenu suspect.

BRUISSEMENTS
S’enfuir furtivement du vide impénitent
Émerger du silence et des feintes du désir
Frémissement des pierres et fissures implicites
Gémellité ultime, fluide et suspendue
Félinité sereine des pensées illicites
S’éclipser en secret de ce réel enfreint.


INDIFFÉRENCE
Défier les enfermements
Sur l’échiquier du sens
Recueillir des indices
Glisser sur des dérives
Ressentiments uniques
Et méprises freudiennes
Immensité subversive
Des risques inhérents
Et des pièges imbriqués
Du scriptible emmuré.

LIVRES
Ils cernent les fissures
Ils déchirent l’intensité
Ils déclinent les rituels
Ils distillent l’éternité
Ils supplicient le désir
Ils effritent l’existence
Ils éclipsent le silence
Ils effeuillent le ciel
Ils inventent des incendies
Ils cultivent l’indulgence
Ils guérissent les êtres
Cris ultimes finement ciselés.

 

 

 

DUNES
Se mettre en danger
Sans demander la lune
Préférer les dunes de Mars
Aventures fabuleuses
Des astres embrasés
Les yeux en attente
D’un futur éclatant.


TUMULTE
À l’aube de nulle part
Près de la durée décalée
Détacher ses yeux
Embrasés de réel
Au delà du palpable
Rêver de démesure
Et brûler les étapes.

 

 


a

DÉCHÉANCE
Sans amertume et sans regrets
Perplexes et devenus suspects
Ces murmures du passé
Se dressent abruptement
Emmurés dans la perte
En cette durée ravageuse
Charlatans entêtés
Rupture, échec et mat
Déchéance traversée
Turbulence et changement d’ère
La guerre est mal perçue.

DÉMESURE
S’élancer dans l’espace rapace
Sans nuances dans l’alternance
Effleurer le futur dépeuplé
Accumuler les émergences
Se perdre, se reperdre et se chercher
Suspendre les jeux de hasard
Sans repères charpentés
À défaut de Muse.

 


ANNIVERSAIRE
S’inscrire dans des réalités parallèles
Signifier sa présence et s’ancrer dans le temps
Faire chavirer le silence et enchanter le ciel
Célébrer l’indicible d’essences cristallines
Vibrer intensément et planer sans limites
Fertiliser l’absence, magnifier le désir
Réinventer sa vie et faire des rêves immenses.

REVIVRE
Réapprendre à vivre
C’est se départir dans l’ascèse
De l’inintéressant
C’est altérer le passé
Éclaté dans l’anamnèse
C’est revisiter antan
Laver le ciel en miettes
Rire et danser dans le présent
C’est inventer le chemin
Afin de se dépasser
C’est tenter de méditer
De temps en temps
C’est préférer aimer
Aimer infiniment
Même s’il devient envisageable
De se perdre à jamais.


ÉVEIL
Égratigner le réel implicite
Afin d’anesthésier l’espace captif
Escarpements de l’ivresse immatérielle
Ensemençant le silence de braise
Intensifier le désir, vibrer et  gémir,
Magnifier en esprit ce genre de dérive
Et délier enfin le fil de sa vie.

 

 

 

ENVIE
Enlacer la verticalité anémiée
La libérer des échappées marines
Résister aux aspérités déchaînées
Initier des rites indéfinis
Arbitrer les feintes et les dérives
S’évader en vertiges et cris
Infléchir les aléas du hasard.

* Merci à Michel Millerioux pour  les magnifiques photographies  offertes.

N.B. Ces poèmes lipogrammatiques ont   été  récemment publiés sur  mon mur Facebook et ils ont été élaborés à partir de mes contributions personnelles dans les groupes d’écriture  créés et animés par Strofka à savoir Lipoyes, Lipkao, Lipolys, Lipkae . Ils relèvent conséquemment du monovocalisme en E, du  bivocalisme en E-O ou en A-E, du trivocalisme en E-I-U,  en A-E-U,  en A-E-I et ils font partie de mes  explorations oulipiennes.
** Merci également à André Roux pour  avoir effectué la mise en page.

Cette entrée a été publiée dans Écrits personnels, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Petits poèmes lipogrammatiques (2)*

  1. Te lire.
    Vivre l’enchantement.
    Dire J’aime!
    Relire.
    Lentement…
    Se laisser bercer par tes élans.
    Rêver.
    Merci.

  2. Tandis que la terre sommeille, Si j’entends le vent soupirer, Je crois t’entendre murmurer Des mots sacrés à mon oreille.