Fictions d’inspiration tautogrammatique!

Dans un billet précédent, j’ai recensé des formes brèves pouvant être utilisées en twittérature et j’ai alors  mentionné l’intérêt de les jumeler à des contraintes de nature oulipienne. Dans cette optique, reconnaissons qu’ensemble, nous avons lipogrammé (roman sans E Tourbillon), monovocalisé (microfictions Effervescences, Abracadabra, Bibi-trip, Momo, L’Urubu d’Ubu) que vous pourrez retrouver sous  la rubrique des Écrits collectifs de ce blogue. Je vous invite maintenant à tautogrammer. Qu’est-ce qu’un tautogramme? Tout simplement une contrainte qui privilégie des débuts de mots comportant la même lettre initiale dans un énoncé faisant du sens. En quoi le tautogramme se distingue-t-il de l‘assonance ou de l’allitération dont il est le proche cousin? Seulement parce que la première lettre est considérée alors que les deux autres figures   comportent une multitude de lettres identiques afin d’accroître la musicalité des effets sonores. Cependant, il est fort possible et ce sera du plus bel effet, de trouver des jeux d’assonance ou des allitérations à l’intérieur des tautogrammes interreliés.

Dernièrement, @AnnieSentiers, lorsqu’elle nous a proposé le 25 avril dernier ce fabuleux #devoirpt ou devoir pour tous, avait relié cette contrainte du tautogramme à la rédaction d’un mode d’emploi, ce qui a donné lieu à des trouvailles fort intéressantes. En effet, elle nous  a d’abord suggéré de relever le défi de rédiger un mode d’emploi en moins de 130 caractères puisque les 140 caractères twitteriens conventionnels devaient inclure la mention du regroupement sous un même croisillon, mot-clic, balise, accron * pour traduire « hashtag » (on s’y perd!).  Cela a donné des résultats extrêmement probants tels que ceux-ci, en guise d’exemples:

1) @JYFrechette « Recette de bouillon textuel. Dégorger 14 mots bien dodus. Couvrir. Laisser mijoter à feu doux 140 min. Servir frais avec des vers ». 2) @GilbertOlivier « Éduquer sans abrutir, sourire sans mépris, donner sans attente, aider sans compter, rire sans mesquinerie, aimer sans retenue ». 3) @machinaecrire « Roman instantané: Émietter ce message dans un grand bol. Y verser un litre d’eau en remuant constamment. Devrait donner 250 pages. »

@AnnieSentiers devant son ordinateur

À cette occasion, et durant le jeu littéraire proposé, notre enseignante à tous a haussé subitement  la barre en demandant aux participants: @AnnieSentiers « Alors, est-ce que quelques courageux vont tenter de faire des #devoirpt dont tous les mots commencent par la même lettre? » Elle nous a piqué au vif et il n’en fallait pas plus pour nous motiver davantage. Cette contrainte nouvelle a évidemment donné lieu à des micro-textes disjoints fort intéressants, tels que 1) @AnnieSentiers « Vivre: vagabonder vaguement en vélo vers vals et vastes vallons de velours verts. Voir, vouloir varier, vaquer, voire végéter vite ». 2) @Karinesperanto « Rêver : ranimer ou refouler les raz-de-marée de rage, respirer, recouvrir de rosée et d’un rythme de reggae, ralentir, replonger.  » Chanter : Capturer cette croche, crevasser ces crescendos, creuser cette chaude clameur, crier ces chamboulements, chavirer. » 3) @Camcotte « Coeur charmant croit. Coeur calin chante. Coeur compositeur crée. Coeur criant craque. Coeur centenaire coule. Coeur classique chérit ». 4) @nathcouz « Souvenir? Savoir sépulcral souvent sacré, soudain soupir surgi sans sursis, songe sans sens, secret sémiotique, script sybillin. » 5) @aurise « Rêver? Richesses rarissimes, réalité revisitée, ricochets, rires, répliques, ripostes rythmées, rappels ridicules, réel rafistolé ». 6) @Le_Gugu « Lire. Libérer la lucidité, longue lutte libératrice, lumineuse. Le livre limpide, lu lentement, lève littéralement les limites ».

Vous constaterez l’intérêt de cette centration sur la matérialité du texte. Je vous invite donc à reprendre cette expérience inspirée du tautogramme, mais cette fois  encore sous l’angle d’une fiction collaborative, donc d’un texte continu visant à raconter une histoire qui émergera du fruit conjugué des efforts de chacun des participants  volontaires. Il importera nécessairement de relire les gazouillis des twittérateurs précédents afin de produire des enchaînements acceptables pour la cohérence du récit en devenir. Pour accroître la fluidité du tissu textuel virtuel qui sera produit, je nous propose de modifier la contrainte en autorisant toutes les sortes de mots-liens, de même qu’en proposant deux lettres plutôt qu’une seule (pourquoi pas?), soit le recours aux  lettres B+D ou  aux lettres T+P: ce sera donc notre  #fictionBD ou notre #fictionTP. On assistera donc simultanément à l’émergence de ces deux fictions collectives twitteriennes sous forme de récits fictionnels privilégiant des envolées heuristiques, ne sachant trop où cela va nous mener cette fois encore. Certes, des personnages émergeront, des événements surgiront, la temporalité  se déploiera dans toutes sortes de décors spatialisés. Mais surtout un risque exploratoire d’écriture twitterienne sera pris que je vous invite à relever. Les contraintes ayant la particularité de restreindre les choix, d’accentuer le travail sur la langue, je vous souhaite beaucoup de plaisir dans cette entreprise collective qui durera le temps qu’elle suscitera un intérêt de la part de ma communauté twitterienne. Le jeu multi-joueurs commence à l’instant. Je conserve le principe du texte à relais pour favoriser la continuité dans l’écriture collective et pour amener les twittérateurs à faire du pouce sur les énoncés précédents. Merci de bien vouloir y participer: vite  à nos dictionnaires pour stimuler notre créativité!

En résumé, pour participer à ces jeux littéraires sérieux ou à ces deux projets parallèles, il faut: Rédiger des gazouillis comportant une majorité de mots commençant par les lettres mises en évidence et qui s’inscrivent en continuité afin de produire une histoire cohérente et plausible. Les petits mots liants sont acceptés. Diriger ensuite ses gazouillis vers #fictionBD ou #fictionTP. Voici les énoncés  de départ pour induire l’une et l’autre des fictions:

#fictionBD: Delphine baignait d’emblée dans le bonheur et la béatitude. Elle se dérobait aux dangers et  aux déplaisirs, en développant  de bien délicieuses dérives. En effet, elle demeurait blasée ou  blessée, mais bouder la délivrait durablement, tout autant que le détachement.

#fictionTP: Tristan tambourinait tristement  sur la table tapissée. En ces temps passablement troublés, il tenait à tirer sa tante de sa torpeur.

* Pour raviver le débat, proposition émise le 7 juin dernier par @gillesjobin « Ma proposition pour Hashtag : «accron». Petit mot qu’on accroche au message. »
Cette entrée a été publiée dans Explorations et découvertes, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.